YVAN & ELSE, bank of God

FR. : Dictée par le bilan comptable de notre monde contemporain, Yvan & Else, bank of god parle de nos amours et de nos désamours. Dans la continuité de mes précédents travaux, je propose d’explorer le(s) lien(s) entre inimité et société sous l’angle de la rupture amoureuse.

Les liens de dépendance voire d’oppression du macrocosme structurel sur le microcosme humain sont déjà au cœur de mes deux premiers projets : le chômage de masse des jeunes générations pour et la financiarisation de l’existence (cfr. C’est quand la délivrance ? et Que reste-t-il des vivants ?)

Avec Yvan & Else, c’est la trajectoire inverse qui s’impose : d’un couple parmi d’autres, nous remontons vers la logique du monde qui l’entoure. Avec l’évocation du mythe de la création, Yvan et Else nous apparaissent aussi comme ces Adam et Eve perdus dans un siècle imposant sa loi.

_____

EN : Yvan & Else, bank of god is about love and contempt. In the continuation of my previous work, I choose to highlight connections between intimacy and society from the point of view of a break-up: intimate break-up, social break-up, break-up of worlds. The intimate relationship is the starting point of the broader rupture, dictated by the balance of our contemporary world.

The connections between dependence, or rather, the oppression of the human microcosm by the structural macrocosm are central to my first two projects: the massive unemployment of the young generations (C’est quand la délivrance?) and the financing of our existence (Que reste-t-il des vivants?).

With Yvan & Else, bank of god, the opposite occurs. Starting from a couple, from the “amputated” individual, I zoom out to the socio-economic world that surrounds all of this. Starting from the evocation of the story of Creation, Yvan and Else appear as the Adam and Eve of the 21st century, lost in their own individual attitudes, said to be the consequence of our “choices”.

_____

NL : Yvan & Else,  bank of god gaat over liefde en misprijzen. In het verlengde van mijn vorige werken, stel ik hier voor om verbanden tussen intimiteit en maatschappij te belichten vanuit het oogpunt van een liefdesbreuk : intieme breuk, sociale breuk, breuk der werelden. De intieme relatie is het vertrekpunt van de bredere breuk, gedicteerd door de balans van onze hedendaagse wereld.

De verbanden van afhankelijkheid, of beter gezegd, onderdrukking van de structurele macrokosmos op de menselijke microkosmos staan reeds centraal in mijn eerste twee projecten : de massale werkloosheid van de jonge generaties (C’est quand la délivrance ?) en de financiering van het bestaan (Que reste-t-il des vivants ?).

Met Yvan & Else, bank of god dringt het omgekeerde zich op. Vertrekkende van een koppel/echtpaar, van het “geamputeerde” individu, ga ik terug/zoom ik uit naar de sociaal-economische wereld die dit alles omringt. Uitgaande van de evocatie van het scheppingsverhaal, verschijnen Yvan en Else als Adam en Eva van de 21e eeuw, verloren in hun eigen individuele houdingen waarvan nochtans gezegd wordt dat we ze zelf “kiezen”.

Distribution, coproduction & soutiens

Interprétation : Yannick de Coster, Sophie Delafontaine, Florelle Naneix, Berdine Nusselder et Priscilla Adade-Helledy.

Ecriture et mise en scène : Laurent Plumhans

Assistanat à la mise en scène : Britt Roger Sas et Charlotte Ballenghien

Dramaturgie : Karolina Svobodova / Nathanaelle Vandersmissen

Musique : Sophie Delafontaine / L. Plumhans

Interprétation mus. : Daniele Cappucci,  Gonzalo Rodriguez Diaz, Armando Luongo, Francisco Leal, Edouard Wallyn.

Ingégnérie mus. : Joachim Glaude

Scénographie et costumes : Johanna Daenen

Stagiaire costumes : Pascaline Breuls

Création Lumières : Michel Delvigne

Création video : Britt Roger Sas / Camille Debonhome

Chorégraphie : Rémi Hollant

Traduction et adaptation (En.) : Britt Roger Sas / Jessica Walker

Régie : Benoît Francart et Alexandre Chardaire

Production DDLM/DC&J

Coproduction DC&J/DDLM/POEME2

Avec le soutien de la FWB — Services du Théâtre (aide au projet et bourse de recherche), de la Cocof, de la Fabrique de Théâtre, de La Halte, du LookIn’Out Festival et de la Villa Libitum, de la Chaufferie – Acte 1 et du CED-FWB. Avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement Fédéral de Belgique.

De Cyprès records et du Centre Henri Pousseur, pour les musiques de scènes et l’album IN MEMORIAM.

Remerciements : Théâtre National, Théâtre Le Public et l’Université Libre de Bruxelles (Arts du spectacle vivant)