BELGIUM REMIX ou J’AI ÉTÉ ÉDUQUÉ DE MANIÈRE AUTORITAIRE & FRANCOPHILE [2022]

Je suis né et j’habite dans un pays cocasse. Dans mon pays, nous parlons plusieurs langues. Mais il n’est pas rare que nous utilisions une autre pour nous entendre entre nous. Dans mon pays, nous ne formons pas vraiment un pays, encore moins une nation, et pourtant dit-on, mon pays est la capitale de l’Europe. Malgré cela dans mon pays, dit-on encore, certain•e•s veulent se séparer les uns des autres.

Dans mon pays, il y a beaucoup de frontières. Car mon pays ne se contente pas de ce qui la sépare d’autres pays : l’Allemagne, la France, les Pays-Bas, le Luxembourg (très important le Luxembourg). Tout cela est fort bien mais cela manque un peu d’ambition. Alors mon pays a inventé d’autres frontières, à l’intérieur même de mon pays. Mon pays appelle cela : frontière linguistique, communautaire ou régionale. Cela dépend de l’humeur.

Dans mon pays, de mémoire d’homme, les deux premiers mots que l’on apprend à l’école sont : crise communautaire et gemeenschapscrisis (il faut prendre en compte les des deux côtés de la frontière linguistique). Les deux suivants sont : Réforme de l’état et Staatshervorming.

C’est bien, c’est un nom et un adjectif, et ainsi nous apprenons la grammaire de notre pays et de nos langues respectives.

Dans mon pays, je le dis souvent, si mon pays était réellement un pays, je le dis aussi très souvent, ce pays pourrait être d’une grande richesse, il est aujourd’hui — un peu à l’image du monde — un incompréhensible chaos.

Production DROITDANSLEMUR, en coproduction avec le Théâtre Marni (en cours).

info@droitdanslemur.be